Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Inventaire général du patrimoine culturel en région Picardie

L'inventaire général du Patrimoine culturel de Picardie recense, étudie et fait connaître le patrimoine urbanistique, architectural et mobilier de la région.

Horaires d'été

Le centre de documentation sera fermé du 7 au 21 août 2015.

A la une

Visite jeu du quartier Saint-Maurice à Amiens

Dans le cadre de CONNEXIONS- les rencontres du numérique en Picardie, la direction de l’Inventaire et du patrimoine culturel a imaginé une visite-jeu du quartier Saint-Maurice d’Amiens.

A l’aide d’un parcours de jeu disponible au centre de documentation et d’un appareil mobile sur lequel vous pourrez télécharger un document numérique de visite, partez à la découverte d’un ancien faubourg d’Amiens.

Du 18e au 20e siècle, ateliers, fabriques et usines, dont de nombreuses teintureries, ont fait vivre le quartier. Nous vous proposons une balade et un jeu pour redécouvrir les traces, parfois discrètes, qu’elles ont laissées. A vous de jouer !

Télécharger le document numérique de visite sur votre appareil mobile.

 

 Horloge astronomique Beauvais



 La cathédrale Saint-Pierre de Beauvais, son quartier canonial

et son mobilier.

Découvrez les 3 dossiers architecture : le quartier canonial, la Basse-Oeuvre, la cathédrale et les 491 dossiers objets (décor mobilier, tapisseries, ornements liturgiques, trésor de la cathédrale...)

Lumière sur

Ancienne citadelle devenue abbaye de bénédictins Saint-Eloi (deuxième abbaye détruite)

Les moines de l'abbaye Saint-Eloi, dont l'abbaye du faubourg d´Orroire (étudiée) avait été détruite lors du siège de 1591, s'installèrent provisoirement dans la citadelle, bâtie sur une partie de leur terrain. Deux procès-verbaux de visite établis entre 1634 et 1637 montrent la précarité matérielle dans laquelle se trouvaient les moines, entourés des ruines de l'ancien monastère et de bâtiments militaires convertis en lieux réguliers, exigus et provisoires.

A partir de 1640, les religieux purent s'installer au "Pré Saint-Eloi", sur un terrain voisin qui leur fut consenti par la ville. La première pierre de l'église fut posée le 11 mai 1661 et la dédicace effectuée le 11 mai 1682. La gravure du "Monasticon Gallicanum", datée de 1677, montre l'ensemble des bâtiments abbatiaux vus du sud en perspective cavalière : la porte d'entrée du monastère donnait accès à une première cour. A gauche se trouvait l'église, orientée environ sud-est. Sa façade était flanquée d'un petit pavillon dénommé "siège de la justice". En traversant cette première cour, un portail flanqué de deux pavillons (dont le cellier à gauche) donnait accès à une seconde cour menant à l'hôtellerie de l´abbaye, réservée aux hôtes de passage.

Au sud de l'église, le cloître était entouré par le dortoir (à l'est), par la bibliothèque (à l'ouest) et par le réfectoire (au sud), accosté par deux pavillons (l'hôtellerie et l'infirmerie). La gravure figure également un vaste jardin à la française, avec au centre un bassin circulaire.

L'église comprenait trois vaisseaux voûtés d´arêtes aux proportions imposantes. Les colonnes monolithes des grandes arcades reposaient sur des piédestaux polygonaux. Le choeur, en hémicycle, était orné de boiseries. Le maître-autel était consacré à la Vierge et les secondaires à saint Eloi et à saint Benoît.

Sécularisé à la Révolution, le monastère Saint-Eloi fut acheté en 1792 et démoli.

En savoir plus…